Gratuité pour l’utilisateur : Ces nouveaux modèles de business

Gratuité pour l’utilisateur : Ces nouveaux modèles de business

La gratuité ou freemium est le business model qui cartonne. Il envahit le web depuis quelques années avec plusieurs variantes. Le principe qui consiste à attirer les internautes par une offre prestation de service gratuite présente de nombreux avantages. Pour mieux appréhender le concept, voici quelques caractéristiques de cette stratégie.

La gratuité grâce aux versions payantes

L’offre freemium est non seulement gratuitement, mais également facile d’accès afin d’attirer un maximum d’utilisateurs. Ce business modèle est un excellent moyen pour amener les utilisateurs vers un modèle payant plus complet. Cela signifie que la version gratuite possède des restrictions règlementées : les fonctionnalités d’une application, d’un logiciel sont limitées, l’accès à certaines pages sont limitées, les possibilités d’installation sont restreintes, la durée d’utilisation est aussi limitée.

C’est le cas notamment des logiciels qui offrent un essai gratuit de 30 jours ou des clouds qui proposent des espaces de stockage gratuites limitées. Pour pouvoir profiter de l’intégralité des fonctionnalités, il faut donc acheter la version payante. Dans ce genre de business modèle, le taux de conversion est souvent très faible, car le nombre d’utilisateurs prêt à payer pour un service en ligne reste faible. Autrement dit, une infime partie d’utilisateurs (ceux qui paient) finance la majorité des utilisateurs (ceux qui utilisent la version gratuite). La plupart des géants du web fonctionnent selon ce modèle (Youtube, Amazon, Spotify).

La gratuité en échange de la collecte de données personnelles

D’autres business modèles freemium voient le jour comme celui de la start-up « contrôletechniquegratuit.com ». Ici, la gratuité du contrôle technique est proposée aux utilisateurs en échange de leurs données personnelles d’automobilistes. Pour se rémunérer, le site revend ces données via son service après-vente à des entreprises partenaires (types assurance, garagistes…).

Cette start-up ne propose pas un service en ligne quelconque, mais un service utile puisque le contrôle technique doit être effectué tous les 2 ans. Pour avoir un contrôle technique gratuit, l’utilisateur doit remplir un formulaire à 100 % et fournir tous les documents relatifs à sa vie d’automobiliste.

Plusieurs villes qui ont déjà adopté ce fonctionnement :

Certains géants du web comme Google ou Facebook utilisent aussi ce système de collecte et revente d’informations personnelles pour vendre des espaces publicitaires plus cher sur leur interface.

Partagez

A propos de l'auteur

MatthieuWebmaster - Rédacteur - Interacteur

Voir tous les articles de Matthieu

Laisser un commentaire