Pourquoi les entreprises doivent Françaises doivent racheter les start-ups !

Pourquoi les entreprises doivent Françaises doivent racheter les start-ups !

Depuis quelques années, les grands groupes français investissent massivement dans les start-ups, effectuant plusieurs rachats majeurs. C’est le cas de La Poste, BNP, SNCF ou encore VeryChic et OuiCar. Ce mouvement est d’une importance capitale pour certains professionnels, qui y voient le seul moyen de développer l’innovation dans le pays.

Les grands groupes au centre des projets

Pour Paul-François Fournier, directeur exécutif de l’innovation de la banque publique d’investissement BpiFrance, « les entreprises du SBF 120  [doivent effectuer] au moins un rachat par an » de start-up. Cela permettrait alors de « réussir une partie de notre mission ». Ce qu’il veut dire par là, c’est que les pépites françaises de la Tech ont besoin de financement et que celui-ci, s’il passe par les grands groupes, est assuré !

En deux ans, plus d’une dizaine de rachats majeurs ont eu lieu en France, de quoi lui donner de l’espoir !

Le SBF 120 est un indice boursier de référence à Paris. Il regroupe les 40 entreprises du CAC 40 ainsi que 80 entreprises françaises parmi les 200 plus importantes capitalisations boursières. Pour Paul-François Fournier, un rachat par an est le minimum : « L’étape va être difficile mais il faut une bascule rapidement. Ça se joue maintenant, dans les 3-4 ans. Si une entreprise fait un ou deux rachats, et qu’elle s’arrête, ça ne marchera pas. Les entreprises du SBF 120 ont réalisé 40 acquisitions en 18 mois contre 70 pour Google à lui tout seul. Il n’y pas de raison que les règles d’un fonds d’investissement sur la prise de risque dans 10-15 startups ne s’appliquent pas à celle d’un grand groupe ».

Les enjeux de ces acquisitions

Le but de ces rachats est simple, permettre à certaines start-ups d’atteindre des valorisations comprises entre 500 millions et 1 milliard d’euros, comme c’est déjà le cas pour Sigfox et BlaBlaCar.

Pour le moment, Bpifrance est le premier fonds souverain au monde en terme d’opérations effectuées depuis 7 ans, gérant 25 milliards d’euros d’actifs dans le domaine de la Tech.

Elle finance principalement via des prises de participations directes et en abondant les fonds de capital-risque d’investisseurs privés.

 

Partagez

A propos de l'auteur

Samuel Camille

Samuel CamilleRédacteur bénévole sur LesInteracteurs.net Je blog Web & High-Tech

Voir tous les articles de Samuel Camille

Laisser un commentaire